Une étude britannique révèle que le tabagisme serait une des causes des problèmes cardiaques chez les fumeurs. Mais parmi les fumeurs, ce sont les jeunes qui sont les plus exposés, d’après cette étude qui explique que le tabagisme est un élément de risque.

Qu’un individu soit un fumeur passif ou actif, le tabagisme est surtout dangereux pour le système cardiovasculaire. Et les spécialistes du Northern General Hospital de Sheffield (Grande-Bretagne) démontrent que la cigarette serait nuisible pour les jeunes fumeurs, surtout ceux qui ont moins de 50 ans.

Différemment de ce qu’on peut imaginer, les jeunes seraient les plus fragiles face à ces risques, peu importe l’âge des fumeurs. D’après leurs recherches, les jeunes fumeurs sont plus exposés aux risques cardiovasculaires que les non-fumeurs.

« Le risque d’avoir une crise cardiaque est plus important pour un fumeur que pour les non- fumeurs, à âge égal. Cependant, il était difficile de clarifier les résultats parmi les différentes catégories d’âge » soulignent les chercheurs.

Les chercheurs ont étudié les données de 1.727 adultes qui suivaient un traitement pour un genre de crise cardiaque appelé Infarctus du myocarde à élévation du segment ST ou STEMI pour chiffrer ces risques. En fait, l’infarctus du myocarde « est semblable à la fission d’une partie du muscle cardiaque nommé myocarde quand un caillot entrave la circulation normale du sang « , souligne la Fédération Française de Cardiologie.

Les fumeurs plus touchés

Les spécialistes se sont également servis des données du Bureau de l’Enquête nationale intégrée sur les ménages (ONS-IHS), concernant le South Yorkshire, qui réunissent des informations sur la prévalence du tabagisme.

48,5 % des 1.727 adultes qui suivaient le traitement étaient des fumeurs, 27% d’entre eux avaient arrêté de fumer et 24% d’entre eux étaient des non-fumeurs.

Quant aux jeunes fumeurs, ils étaient plus âgés (10 ans) que les anciens fumeurs quand ils ont fait un infarctus du myocarde. Et concernant les résultats de l’analyse des données pour les ex-fumeurs, l’étude montre qu’ils sont doublement exposés aux risques d’infarctus déjà connus. Et enfin, les fumeurs étaient triplement exposés que les non-fumeurs à une maladie vasculaire périphérique.